Note to our international friends and visitors: if you don't understand French well enough you are welcome to visit our photo and video productions first. For a brief description of our project, go here, and for the rest, don't forget to use Google Translate as described for instance here (on Google Chrome, but you can also find ways to do the same on other web browsers).

Ce site relate la série de voyages que nous (Isa et Manu) prévoyons de faire sur plusieurs continents entre janvier 2020 et juillet 2023, au moyen de notre fidèle compagnon Oscar, un Volkswagen LT35 d'une trentaine d'années. Il se compose principalement d'une compilation structurée d'images et de textes de synthèse ayant pour objectif de constituer un tout cohérent, ultérieurement consultable à la manière de n'importe quel ouvrage achevé. Il reprend et enrichit notre ancien site web, consacré à un tour du monde réalisé entre 2016 et 2017, comprenant de nombreux albums photos et un bilan approfondi, destiné à occuper désormais une partie périphérique de l'ensemble.

Pour mieux se repérer dans le texte, on notera que les textes engageant les deux auteurs sont écrits comme ceci.

Les textes rédigés par Isa seulement sont écrits comme ceci.

Et les textes rédigés par Manu seulement sont écrits comme ceci.

Les chapitres du site qui se rempliront en premier ne seront sans doute pas les récits pays par pays, qui ne seront mis à jour qu'avec un certain décalage, mais les albums photos et les vidéos avec lesquels nous serons plus réactifs. Pour des informations moins complètes, mais plus riches en interaction (au moins sur les périodes de voyage), vous pouvez vous rendre sur notre groupe privé Facebook, ce qui suppose que vous nous demandiez une autorisation d'accès. Pour une approche visuellement plus riche, vous pouvez aussi vous rendre sur notre chaîne Youtube et sur notre compte Instagram. Pour entrer directement en contact avec nous par mail, vous pouvez prendre contact à l'adresse: anotretour@hotmail.com

Un an avant le départ de notre second tour du monde, l'équipage est réuni pour une séance de photos... et un mariage!

Le projet en bref

Dès le retour de notre tour du monde 2016/2017, nous avions l'idée que celui-ci aurait probablement une suite. Il faudrait en réalité remonter bien plus tôt dans le temps, probablement aux alentours de 2007, pour trouver la génèse de ce nouveau départ. Notre intention de longue date, assez directement liée à la difficulté à traverser les épreuves d'une vie de famille dont nous n'avions pas choisi le script, était en effet de passer, dès que cela serait possible, à une phase de vie très différente de celle que nous avons connue à Nantes depuis le début des années 1990. Cette nouvelle phase pouvait s'imaginer de différentes manières, et nous avons sérieusement songé à différents moments à nous installer à la campagne, ou à partir en bateau sans idée de retour. D'une certaine manière, la solution du voyage au long cours était la plus consensuelle, celle qui, quoique un peu inhabituelle dans notre entourage, pouvait permettre de multiples interprétations, et servir de nouvel objet d'investissement psychologique autant que de dérivatif ou de transition. C'est donc celle que nous avons mise en oeuvre, un peu à titre de test, lors de notre premier grand départ.

Une fois revenus à Nantes en juillet 2017, nous avons rapidement repris nos marques et nos vies professionnelles. La relative urgence à gérer le quotidien et à nous ressaisir d'un certain nombre d'activités abandonnées pendant une année nous ont temporairement empêchés de nous lancer dans de nouveaux projets, mais sur le fond nous étions à peu près d'accord. Agés respectivement de 50 et 53 ans à notre retour, nous ne nous imaginions pas attendre l'âge de la retraite simplement par la prolongation d'une vie routinière qui ne nous semblait plus beaucoup porteuse de sens. Dans une certaine mesure, les circonstances nous ont aidés: les locataires d'Isabelle étant réticents à résilier leur contrat de bail, nous n'avons donc pas récupéré la maison que nous habitions avant de partir, et nous nous sommes installés dans un petit studio de moins de 20m2 qui ne pouvait qu'apparaître comme un refuge temporaire. Certes, parallèlement, nous nous occupions d'aménager notre maison de campagne normande, mais justement, nos jours nantais semblaient comptés.

Le fait d'avoir investi par chance au bon moment dans l'immobilier, et d'y avoir par courage investi beaucoup de temps de travail, nous permettait une certaine indépendance financière liée à nos revenus locatifs, indépendance largement facilitée aussi par le fait que nous avions eu nos enfants jeunes et contribué à les rendre autonomes suffisamment tôt. Ainsi, dès que nous avons atteint l'âge de 50 ans, nos quatre filles avaient terminé leurs études et s'étaient engagées dans des voies différentes les rendant toutes indépendantes à leur manière. Nous n'avions aucun crédit en cours, et avions au contraire déjà accumulé une certaine épargne en vue de nos vieux jours. De plus, en désaccord de longue date avec les orientations politiques du pays, nous n'avions aucune motivation à contribuer à financer celles-ci par des impôts devenus excessifs.

Toutefois, nous n'étions pas immédiatement en mesure de vivre intégralement de nos rentes ou de nos économies, aussi avons-nous procédé d'une double manière. D'une part, nous avons contrôlé nos dépenses en maintenant le choix d'un mode de vie modeste: pas de voiture de prestige, de vêtements à la mode, d'objets de marque. D'autre part nous avons pris soin de terminer nos parcours professionnels dans de bonnes conditions, et notamment dans mon cas de négocier sans urgence une rupture conventionnelle bénéficiant aussi à mon employeur, et ne causant donc pas de tort à mes collègues de travail.

Nous sommes heureux d'avoir fait notre tour du monde 2016-2017 tel que nous l'avons décrit, en mode backpacker, mais ce voyage a aussi fait évoluer nos goûts et nos attentes, comme je l'ai notamment exposé ici. Nous aimerions ainsi laisser un peu plus de place à l'improvisation dans nos trajectoires futures, même si je reste foncièrement un planificateur dans l'âme. Isabelle sait qu'elle ne souhaite plus partir plus de quelques mois d'affilée, idéalement trois, et au maximum six. Pour ma part, je m'intéresse de moins en moins aux points de passage touristiques obligés des pays traversés, mais de plus en plus à la relative solitude et à la photographie. Isabelle et moi avons bien aimé notre passage en Amérique du Sud, mais avons le sentiment de n'avoir qu'effleuré ce continent spectaculaire, qui se visite bien par voie de terre. Tous les deux avons fortement apprécié nos road-trips en Australie et Nouvelle-Zélande. Ce que nous préférons, c'est l'observation et la photographie animalière et paysagère autonome, en prenant notre temps et en définissant nous-même nos contraintes. L'Afrique, l'Amérique du Nord et le proche-Orient ont été les grands absents de notre tour 2016-2017.

Toutes ces remarques combinées nous ont mis sur la piste de nouveaux voyages longs, mais entrecoupés de retours en France, et effectués avec notre propre véhicule, couvrant une partie des zones négligées en 2016/2017. Notre première idée, assez logique, a été de reprendre notre voyage où nous l'avions laissé (en Amérique du Sud) pour remonter vers le nord, et ce projet s'est vite transformé en celui d'une traversée complète des deux Amériques de l'extrême sud à l'extrême nord, notamment par les zones de montagne (Andes et Rocheuses). Nous avons alors regardé s'il était préférable, dans cette hypothèse, d'acheter notre véhicule sur place, ou de l'expédier de France, et compte tenu de notre programme nous avons plutôt penché pour la seconde option. Le choix du véhicule a nécessité beaucoup de lecture et de discussions, et nous a amenés à nous intéresser aux conditions d'expédition transocéanique. Depuis que nous sommes revenus de notre tour du monde (et en fait déjà avant), nous ne perdons pas une occasion de nous rendre dans des salons ou à des rencontres de grands voyageurs (par exemple le Salon du véhicule d'aventures, ou le Festival des aventuriers de Tonnay-Charente, que nous recommandons), et notre réflexion s'est aussi enrichie de nombreux témoignages vécus. C'est au cours de ces réflexions/discussions que j'ai observé que, même pour les véhicules trop grands pour être mis en containers, des liaisons maritimes spécialisées (dites "roro") existaient qui reliaient l'Afrique Australe et l'Amérique Latine. Ainsi donc, il était possible, moyennant un surcoût acceptable, d'acheter un véhicule en France, et plutôt que de l'expédier directement en Argentine, de lui faire faire un astucieux détour par la Namibie. Voilà qui ouvrait des perspectives intéressantes, élargissant notre projet transaméricain à un circuit pluri-continental commençant à ressembler à un nouveau tour du monde.

L'approfondissement de la question des dates a permis de préciser le schéma. La double contrainte principale vient d'une part du climat des différents pays traversés, et d'autre part de l'impossibilité de rester trop longtemps dans chacun des ces pays au seul bénéfice d'une importation temporaire. Or, par chance, ces contraintes ne se sont pas révélé trop pénalisantes pour notre projet, car on pouvait, moyennant de menus aménagements, imaginer de passer dans chaque zone traversée les six premiers mois d'une année donnée (de janvier à juin), pour revenir se "refaire la cerise" en France pendant les six mois suivants, avant de repartir à nouveau en janvier l'année suivante.

Il va de soi qu'un tel projet, du fait de son extension dans la durée et de sa dépendance aux circonstances (familiales, de santé) et à notre propre motivation, ne constitue qu'une possibilité parmi d'autres. Nous nous réservons évidemment la possibilité d'en changer en partie ou en totalité, ne serait-ce que pour faire valoir l'esprit de liberté et d'indépendance qui nous anime. On peut toutefois remarquer que notre première grande boucle, il est vrai nettement moins longue, a relativement bien respecté le plan initialement prévu. Rien n'est donc impossible, ni le respect scrupuleux du programme, ni son abandon. Mais dans tous les cas, pour le savoir, il va désormais falloir patienter plusieurs années...




This website reports on the series of trips that we (Isa and Manu) intend to make over several continents between 2020 and 2023 with the help of our faithful companion Oscar, a vintage VW LT35 campervan. It consists mainly of a structured compilation of images, videos and texts that aim at composing, in the end, a global consistent memory of our experience. It elaborates on our former website dedicated to another round-the-world trip executed between 2016 and 2017 on a backpacker's mode, which will now occupy a peripheral side of the whole ensemble.

For a better understanding of who wrote what, please note that any text credited to both authors wears this appearance

Texts written by Isa only appear like this.

And texts written by Manu only appear like this.

The sections likely to fill up first are not the country-by-country reports, which take more time to produce, but the photo albums and video series that we will update first. For other interactive information, you can join our private Facebook group, for which you will need to request our acceptance. We also have a Youtube channel and an Instagram account and if you need to contact us by mail, you can use our anotretour@hotmail.com e-mail address.